à propos de ma démarche

A travers un work in progress, je souhaite donner à voir, une expression plasticienne, non pas centrée sur une quelconque technicité, mais sur l'intérêt que produit sur moi certains matériaux philosophiques - sociologiques - scientifiques, sonores et olfactifs.

                                                                                                                              - " NOUS

Très tôt dans ma pratique, un flux s'installe, définissant une trame, et l'élaboration d'un process, d'un langage, loin de toute influence.

                                                              Au quotidien, j'expérimente et envisage par de curieux "élans acrobatiques", une "multiplicité de possibles" : dessin, texte/chorégraphie mentale, performance graphique, scénographie du langage, architecture improbable, micro-pièce, vidéo énigmatique...

                                                                                - NE

Il est question dans cet univers ; de danses immobiles, de mots comme matériaux, de gestuelles, de sens/ non-sens, d'impalpable, de matérialité du vide, de strates, de sèves poétiques, de frontières, de limites, de rhyzomes, de liens, de flux, du trait/trace, de la ligne,d'espaces infinis, de paradoxes...

Cette observance engendre une production plasticienne journalière, hybride :

Contraintes conceptuelles associées à des dispositifs scénographiques (lectures extérieures, lumières, sons, chonométrages, oeuvres éphémères, productions binaires...)visibilité dans la sphère privée : lieu de vie/de travail et/ou/exposition chez l'habitant - jardin privé - forêt - lieux improbables - rue ...) hormis quelques exceptions institutionnelles.

                                 - SOMMES

En découle, une arborescence de questionnements sur : les conditions de monstration - la pérénité de ce que l'on donne à voir - l'appartenance - la perception de l'espace/temps, sa gestion - la notion d'échelle - le réel - l'intime - le statut de l'artiste/son contexte de vie/son rapport à la notion d'oeuvre - son inscription dans le temps...

Chaque pièce fonctionne dans un processus spécifique, et le contenu évolue au contact des productions satellites.

                                                                                                                                                                                                                                                                                      - JAMAIS

 

Cette co-habitation plastique ouvre, sans cesse, de nouveaux champs de perceptions et de réflexions.

Rien n'est figé et tout s'inscrit dans l'idée du mouvement, du déroulement permanent. Toutes ces stratifications de données sont revisitées, même des années plus tard.

                                                                                               - SILENCE"

La forme évolue, elle révèle une nouvelle perception de son essence, de son vivant.

 

                                                                                                                      - Sylou LE RHUN

Posté par lerhunsylou à 00:00 - - Permalien [#]